close
EnseignementsSociete

AMOUR ET SEXUALITE Quelles recettes pour une sexualité selon la volonté de Dieu?

sexualité
Christ Mag

La sexualité, ne devrait plus être un tabou pour le chrétien moderne qui doit apprendre à marché selon la volonté de Dieu, raison pour laquelle nous faisons un tour en arrière pour vous publié un extrait de  Croire et comprendre de la collection de Guideme Gabriel sur l’Amour et la Sexualité.

Introduction

Un dicton très apprécié par les jeunes stipules que «  si l’amour est un péché, la jeunesse est une erreur ». Ce dicton exprime a souhait la confusion ou la fusion que les gens établissent entre l’amour et la sexualité. Il montre de même l’inflexion particulière de la jeunesse à la vie sexuelle et cela dans un cadre qui ne semble pas être normalisé. Ce dicton, est un argument pour sous-tendre et légitimer la vie sexuelle des jeunes, puisque ce stade de la vie les y expose. C’est juste, car la jeunesse est la période des grandes passions. C’est le stade de la vie où les différentes fonctionnalités endogènes, hormonales et psychologique sont à un niveau très sensible. La puberté ouvre l’œil de l’adolescent sur son compagnons du sexe opposé qui l’attire et non qu’il admire simplement. Ce qui compte désormais chez le copain ou la copine, ce n’est pas les jeux naïfs, mais les parties particulières de ce dernier ou de cette dernière. La fille est appréciée à partir de ses seins, son derrière, et au-delà on ne veut pas seulement voir, mais surtout toucher. Face à cette forte tentation et à l’exposition de la jeunesse dont les mœurs est de plus en plus corrompu, dans une société où le vagabondage sexuel est un exploit, comment le jeune chrétien doit-il se comporter ? Peut-on avoir raison de lier l’amour à la sexualité de manière univoque ? Que nous enseigne la Bible sur le sexe et la sexualité ? Quelles sont les astuces que nous pouvons proposer à la jeunesse chrétienne d’aujourd’hui pour avoir une sexualité exemplaire et une vie de témoignage exemplaire ? C’est à ces quelques questions que nous essayerons de répondre dans cette analyse. Elle ne se veut pas exhaustive et nos enquêtes sont beaucoup plus empiriques que livresque.

  1. Relation entre amour et sexualité

Dans le langage courant l’amour est employé pour désigner une affection, un sentiment qu’on éprouve pour une personne. Un spécialiste de la psychologie des sentiments a défini l’amour comme « une valorisation extrême de l’être aimé et une subordination de toutes choses à son bien » (E. de Greff). D’autres y voient « une recherche de communion, inspirée par la bienveillance et le plaisir, tendant au don réciproque de l’un à l’autre en vue de la réalisation d’objectifs communs » (Th. Haring : Calwer Bibellexikon). P. de Benoit disait plus simplement : aimer c’est penser à. Antoine de Saint Exupery disait quant à lui qu’ « aimer ce n’est pas se regarder l’un, l’autre, mais regarder ensemble dans la même direction ». Pour Saint Augustin l’amour est une présence. De manière générale, l’amour apparait comme un sentiment, un désir, une ouverture vers l’altérité. Il vise la communion ou la communication avec l’autre et participe à la réalisation de soi. Cependant, la dimension sentimentale, sensuelle de l’amour est la plus mise en exergue dans l’usage commune, surtout par les jeunes. « Je suis amoureux », ne signifie pas simplement qu’on éprouve une affection particulière pour quelqu’un, mais qu’on éprouve un ardent désir de communier avec l’autre. Celui dont on est tombé amoureux nous englouti et nos sens sont comme contrôlés par ce sentiment. Ce sentiment est souvent pris comme un désir. Or, l’acte sexuel est l’émanation d’un désir de satisfaire ses pulsions sexuelles. Le désir de satisfaire cette pulsion est un fait naturel pour toute personne pubère. Il est actionné par les hormones que nous avons dans l’organisme et commandé par les glandes hypotalamo-hypophysaire. Disons en bref les relations entre l’amour et la sexualité.

  • Les deux relèves du sentiment, d’un désir
  • L’amour et la sexualité sont tous deux considéras comme source de plaisir et de bonheur ;
  • L’amour et la sexualité favorise la communion et la communication entre deux personnes ;
  • L’amour est considéré par certaines personnes comme une propédeutique à la sexualité et la sexualité considéré comme une preuve de l’amour.

Ce constat n’est pas juste pourtant ! L’amour n’est pas simplement un sentiment, mais une présence, une force et une dynamique qui impulse notre être avec l’autre et pour l’autre. L’amour est l’émanation de l’être de Dieu en nous, car Dieu est amour. Avant d’examiner ce que c’est la sexualité rapeons-nous qu’en grec quatre vocables désignent l’amour. Ce sont :

  • Agapè : il désigne l’amour désintéressé, divin, universel et inconditionnel ;
  • Eros : c’est l’amour naturel, la concupiscence (inclination aux désirs sensuels), le plaisir corporel on parle aussi de l’amour sensuel (matérialisme).
  •  Storgè : c’est l’affection familial, l’amour familial ;
  • Philia : L’amitié, l’amour bienveillant, le plaisir de la compagnie.

Qu’est-ce qu’est donc la sexualité ?

Etymologiquement, les termes sexualité, sexe, sexué dérivent du latin sexus. Cette racine latine signifie » séparation, distinction, en relation avec la séparation ou la distinction biologique entre les sexes mâles et femelles. Certains réfutent cette étymologie et préfèrent son origine sanskrite qui renvoie à « celui qui suit », « celui qui accompagne » et donc «  ce qui unit ». Dans les deux cas, on a une idée de séparation et d’union. On ne sépare ce qui a été uni et on n’unit que ce qui est séparé. La deuxième définition nous permet de comprendre que le but du sexe est la procréation. Car ce qui suit ou accompagne renvoie à la progéniture. En grec le sexe est « phusis » et, a le sens de « souffle de vie », « force productrice ». « Eôs » est l’autre mot grec pour désigner le sexe et ce mot se rapporte à « porter de désir vers » et  « se mouvoir vers ». Le sexe au sens du genre est « génos ». Le mot sexualité renvoie à plusieurs phénomènes de la reproduction biologique, des comportements se rapportant à cette reproduction et les aspects culturels et cognitifs en rapport avec ces comportements sexuels. La sexualité est donc :

  • L’existence biologique d’organismes sexués ayant des caractères spécialisés et complémentaires pouvant permettre la reproduction.
  • Le comportement sexuel : comportement de reproduction (avec pour but la copulation qui conduit à la fécondation) et le comportement érotique (ayant pour but la stimulation du corps et des zones érogènes qui produit le plaisir érotique) ;
  • Tous les aspects affectifs et émotionnels (attachement romantique, désirs et plaisirs érotiques, passion, etc.) ;
  • Tous les aspects cognitifs et culturels en relation avec les trois phénomènes ci-haut cités (mœurs, croyance, valeurs, symboles, amour…).

Dans une étude faite par Mister L. sur la relation entre la sexualité et le sentiment amoureux, nous notons la conclusion suivante :

  • Il est parfaitement possible de ressentir et prendre du plaisir sexuel avec quelqu’un pour lequel on n’éprouve aucun sentiment, ce désir sexuel n’est pas forcément proportionnel à l’amour qu’on éprouve et l’exclusivité sexuelle (la fidélité) n’est pas une preuve d’amour, ou une preuve que le désir n’existe pas pour un autre objet que la personne aimée.
  • Il semble irréaliste de nier le fait que l’amour et le sexe sont totalement dissociables et ne participent pas des mêmes ressorts.

Cette conclusion nous permet de constater que les relations sexuelles ne sont pas toujours les preuves ou l’expression de l’amour. Donc, ce serait absurde de faire des rapports sexuels une preuve d’amour.

  1. Ce que la Bible dit de la sexualité

Il faut noter d’entrée de jeu que la question de la sexualité est complexe dans la Bible à cause du fait que le sexe est à la fois bon voire très bon et que le sexe est aussi ce par quoi Satan utilise pour faire tomber l’homme dans le péché. Selon Billy Graham, Dieu nous a donné un sexe pour trois raisons: pour la propagation de la race humaine, pour donner sa plénitude à l’amour véritable dans le mariage, et pour que l’homme et sa femme puissent exprimer leur unité. La Bible enseigne que « le mariage doit être honoré de tous et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les adultères ». Le mariage est le cadre et le lieu que Dieu a prévu pour que la sexualité soit exercée. Le mariage sanctifie la sexualité. D’aucun dirons que dans le mariage, la sexualité est un acte d’adoration, un culte, car elle nous fait savourer les merveilles de l’amour et de la grâce de Dieu.  Après l’union du premier couple humain dans le mariage, le péché s’est introduit et a corrompu les relations entre Dieu et l’Homme, entre les hommes et entre l’homme et son environnement. Le mariage est dorénavant menacé par le péché, d’où le septième commandement qui stipule  « tu ne commettras pas d’adultère ou d’immoralité sexuelle dont la fornication ». Le péché provoque la mort spirituelle, notre séparation d’avec Dieu qui nous plonge dans l’angoisse, l’inquiétude. Du coup, pour retrouver le bonheur et la paix perdu, les hommes se livrent à l’alcoolisme, la drogue, l’immoralité sexuelle. La convoitise est l’une des corolaires de l’immoralité sexuelle et se distingue de l’amour et de l’appréciation. Beaucoup de personnes pensent éprouver de l’amour pour leur partenaire alors qu’elles n’éprouvent qu’une attraction physique l’un pour l’autre. Cette attraction physique n’a pour finalité la satisfaction des désirs sensuels (baiser central, rapport sexuel, les caresses, etc.) le mauvais usage de la sexualité, fut-il dans le mariage, est contraire à la volonté de Dieu. Ce mauvais usage consiste violenter le partenaire, à faire de son partenaire un objet. Au jeune Timothée, l’apôtre recommande : « Fuis les passions de la jeunesse, et recherche la justice, la foi, l’amour, la paix, avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur ». 2 Timothée 2:22. On peut noter aussi ces autres textes qui donnent des orientations sur la sexualité des enfants de Dieu. « Si ceux qui ne sont pas mariés manquent de continence, qu’ils se marient ; car il vaut mieux se marier que de brûler. » (I Cor. 7, 8-9) ;
« Fuyez la débauche. Quelque autre péché qu’un homme commette, ce péché est hors du corps ; mais celui qui se livre à la débauche pèche contre son propre corps. Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu… ?» (ICor. 6,18-19). Ailleurs il est dit : « Que le mariage soit honoré de tous et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les débauchés et les adultères » (Héb.13,4).

Ces recommandations sont les vôtre en ce siècle où les passions serviles et débiles sont nombreuses et peuvent se nommer : l’immoralité sexuelle, le libertinage sexuelle, le mariage pour tous, la prostitution, la pornographie, la masturbation, etc. Les restrictions que la Bible apporte à la sexualité sont faites pour notre bonheur et notre épanouissement. User de sa sexualité comme on veut et quand on veut n’est pas une preuve de liberté comme on le prétend. Billy Graham nous propose quatre raison pour lesquelles Dieu interdit l’immoralité sexuelle.

  • Si nous sommes immoraux avant le mariage, le mariage peut en être affecté.
  • Le respect de cette ordonnance permet de nous protéger (maladies, malédictions, liens sataniques, etc.  Une jeune fille de la paroisse m’a demandé de prier pour elle juste après avoir couché avec un homme qui l’a révélé qu’il n’est pas simple et que ce n’est pas bien pour elle. Elle doit rencontrer u Pasteur pour prier pour elle.)
  • L’immoralité provoque un trouble émotionnel et un état d’insécurité constant auxquels Dieu veut nous protéger.
  • Dieu donne cette recommandation pour protéger notre société et raffermir notre nation.

Il convient de noter ce qu’une conseillère conjugale souligne dans un article. Elle précise que : « Le sexe est ce qui est le plus intime en nous. Coucher ensemble crée un lien, qu’on s’en défende ou pas. Ce lien est positif dans le mariage car il est fait dans un climat de sécurité, de confiance, d’engagement et de reconnaissance sociale, qui permet la transparence, la vulnérabilité, l’amour vrai. Ce lien est négatif s’il est établi hors mariage à cause de l’absence de l’un ou de plusieurs de ces éléments. La sexualité exige la sécurité affective, c’est-à-dire la confiance absolue en l’autre, la connaissance de l’autre et l’engagement sur le long terme, parce que coucher avec l’autre, c’est s’abandonner à l’autre, c’est lui donner notre intimité la plus profonde. Ce n’est pas un jeu ou un amusement. »

  1. Quelques astuces pour éviter l’immoralité sexuelle

Nous faisons nôtres, les dix astuces que Billy Graham nous suggère pour faire face aux problèmes sexuelles et êtres des jeunes exemplaire.

1) Eviter les mauvaises fréquentations. Si vous êtes dans une foule excitée, vous subirez obligatoirement quelque influence,

2) Evitez le « deuxième regard », Vous ne pouvez éviter le premier, mais vous pouvez ensuite détourner la tête, car c’est alors que la convoitise peut survenir.

3) Ayez de la discipline dans vos conversations. Evitez les plaisanteries grossières, les propos à double sens.

4) Attention à votre tenue. C’est à vous que, devant Dieu, revient la responsabilité de vous vêtir décemment. Une jeune femme qui a confié sa vie à Jésus-Christ dernièrement, nous a écrit: « Je vais maintenant m’habiller comme si Jésus allait m’accompagner ».

5) Choisissez soigneusement les programmes de télévision ou les films que vous allez voir.

6) Sélectionnez vos lectures. Tant de livres et de revues sont centrés sur l’attrait sexuel.

7) Veillez à ce qui occupe vos moments de loisirs. Le roi David ne faisait rien lorsqu’il vit la femme d’Urie et qu’il fut entraîné dans le péché.

8) Décidez fermement de ne permettre aucune familiarité de la part des autres et de vous en abstenir vous-même envers eux. Je crois sincèrement qu’une jeune fille qui a confié son cœur à Jésus possède une force intérieure la rendant capable de dire non aux avances d’un jeune homme, le plus charmant soit-il. Et je crois aussi qu’un jeune homme marchant avec le Christ sait discipliner sa vie.

9) Passez du temps dans la méditation des Saintes Ecritures. Le psalmiste disait: « Je serre Ta parole dans mon cœur afin de ne pas pécher contre Toi ». Mémorisez cette parole biblique et vous pourrez ainsi affronter l’ennemi au moment de la tentation. La Parole de Dieu est l’arme que le diable ne peut vaincre.

10) Que Jésus-Christ occupe votre cœur et votre vie. Le connaissez-vous comme votre Sauveur ? Je veux vous dire que Dieu vous aime, et qu’une foi intense en Dieu a gardé bien des hommes et des femmes de l’immoralité. Joseph avait cette foi-là. Et il put refuser les avances de la femme de Potiphar, même en sachant que cela pouvait l’amener en prison.

Conclusion

Au terme de cet exposé, nous pouvons retenir que l’amour n’a pas forcément de rapport avec la sexualité. La sexualité n’est pas toujours l’expression de l’amour, elle peut être simplement l’expression d’un désir corporel, sensuel. Le sexe comme l’home ou la femme est créé par Dieu et, par conséquent est une bonne chose. Son usage est voulu et ordonné par Dieu. A cause du péché qui altéré ce que Dieu a fait à l’origine, la sexualité a pris des contours qui ne sont pas toujours conforme à sa notice d’usage originelle. C’est dans la perspective de conserver la pureté et la sainteté de la sexualité que Dieu a établit un cadre et des ordonnances pour régulariser son usage. Ainsi, pour le jeune chrétien, le sexe et la sexualité doivent être réservés dans le cadre du mariage. Pour se conformer à cette volonté divine, le jeune chrétien doit se laisser investir par le Saint-Esprit et lui rester soumis. Il doit aussi éviter tout ce qui peut l’exposer et exciter sa libido.

Par GUIDEME Gabriel, Pasteur proposant

Christ Mag
Tags : amourchrétienSexualité
louis kappy

The author louis kappy

Leave a Response