close

Societe

Societe

Burkina Faso: Le pasteur Mamadou Karambiri atteint par le Coronavirus

PASTEUR KARAMBIRI

Lors de la convention de jeûne et prières organisée par l’église évangélique portes ouvertes qui s’est tenue à la Porte Ouverte du 17 au 21 février à Mulhouse, en France, Mamadou Karambiri, le pasteur évangélique est revenu atteint du Coronavirus ainsi que son épouse. Ce sont les premiers cas de personnes touchées par le Covid-19 au Burkina Faso. Selon les indications du ministère de la santé. Le pasteur, une importante figure du monde évangélique, était l’orateur principal de la conférence qui s’est tenue à la Porte Ouverte du 17 au 21 février. Âgé de 73 ans, Mamadou Karambiri et son épouse Hortense (57 ans) ont été placés en isolement. A l’heure actuelle, le Pasteur Mamadou Karambiri et son épouse se portent bien et les Médecins traitants sont encouragés de l’évolution rapide de leur état de santé, précise le communiqué.Une troisième personne proche du couple est sous observation. Le Burkina Faso est le sixième pays de l’Afrique subsaharienne à déclarer des cas de Covid-19.

Le Conseil d’administration du Centre international d’évangélisation  (CIE) a informé par ailleurs que le Pasteur Mamadou Karambiri s’adressera au peuple de Dieu dans les tous prochains jours dans un message particulier sur Impact TV et lui demande d’arrêter de relayer des messages qui n’encouragent pas et de lui envoyer des SMS ou messages ou de lui téléphoner, toute chose qui ne favorise pas le temps de repos dont il doit observer.

Plusieurs participants ont été touchés par le virus suite à ce rassemblement, dont un pasteur suisse. En Gironde, deux églises évangéliques, dont la communauté Momentum de Bordeaux, ont dû être fermées suite au retour de deux personnes contaminées par le Coronavirus durant la semaine de jeûne et prière à Mulhouse.

Kappy louis avec Aip

Lire La Suite
Societe

Coronavirus: le Vatican suspend ses services de santé

sante vatican
L’État de la Cité du Vatican a fermé ce vendredi 6 mars ses services sanitaires. Des opérations de désinfection sont en cours après la détection d’une personne testée positive au coronavirus. Les services d’urgence restent ouverts.
C’est le premier cas de coronavirus dans l’enceinte du Saint-Siège. S’exprimant devant les journalistes, le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, a annoncé que «tous les services de santé de l’État de la Cité du Vatican ont été temporairement suspendus afin d’assainir les locaux après la découverte hier d’un cas positif de Covid-19 sur un patient».
Lire La Suite
Societe

Transformation: Un musulman de Kamuli renonce à l’islam, après des visions de Jésus

musulman kamuli

Un homme musulman du district de Kamuli, dans l’est de l’Ouganda, qui est devenu violent à chaque fois que sa femme et ses enfants ont essayé de partager l’Évangile avec lui, a finalement renoncé à l’islam, après avoir eu des visions de Jésus.

Waiswa, 45 ans (autre nom caché pour sa sécurité personnelle), père de neuf enfants, a cessé d’assister aux prières dans une mosquée de son quartier lorsque Jésus lui est apparu dans une vision, ce qui a conduit à sa conversion au christianisme, sa femme dit.

« Quand j’ai partagé l’amour de Christ à mon mari, il était tellement furieux contre moi et a répondu en giflant et en donnant des coups de pied, ce qui m’a blessé la côte du côté gauche », a déclaré Namuwaya au chien de garde chrétien Morning Star News dans un rapport publié le 27 février 2020.

«J’ai été emmené pour des médicaments. Mais j’ai continué à prier et à partager Jésus avec lui. Après deux mois, Jésus est apparu à mon mari dans une vision qui a conduit à sa conversion à la foi chrétienne. Il a ensuite cessé d’assister aux prières à la mosquée », a-t-elle ajouté.

L’épouse de Waiswa, Namuwaya, également ancienne musulmane, a été la première à rencontrer l’amour de Jésus-Christ lorsqu’elle a assisté à un service religieux en mars 2019, après plusieurs nuits blanches d’anxiété inexpliquée.

« Alors que les fidèles de l’église partaient, j’ai partagé avec le pasteur mon cœur troublé », a déclaré Namuwaya. «Il m’a dit que seul Isa [Jésus] peut guérir un cœur troublé, si seulement une personne peut lui faire confiance. La conviction était si forte que je n’ai pas pu résister. Le pasteur a alors prié pour ma délivrance. Après les prières, mon cœur était très paisible. »

Selon Morning Star News, elle n’a pas parlé à son mari ou à ses enfants musulmans de sa foi en Christ pendant trois mois.

Elle a expliqué: «Je n’ai continué à prier pour ma famille qu’avec l’espoir que Jésus se révélera à eux.»

Après quatre mois, Morning Star News rapporte que Namuwaya a commencé à parler à ses cinq plus jeunes enfants, âgés de 5 à 12 ans, de la mort et de la résurrection expiatoires du Christ, et qu’ils ont accepté Christ comme Seigneur et Sauveur un mois plus tard, a-t-elle déclaré.

Ces enfants ont commencé à partager le message du Christ avec les quatre plus âgés, âgés de 14 à 20 ans, et en octobre 2019, ses neuf enfants étaient devenus chrétiens, a-t-elle déclaré.

C’est alors qu’elle a commencé à parler du Christ avec son mari.

Une famille confrontée à la persécution
Morning Star News rapporte que le plus jeune enfant a innocemment dit à son grand-père, le père de Waiswa, que son père allait à l’église.

Waiswa a déclaré à Morning Star News que son père en colère l’avait convoqué à une réunion où les anciens de la mosquée et les chefs de clan détermineraient sa punition pour avoir quitté l’islam. En vertu de la charia (loi islamique), l’apostasie est souvent passible de la peine de mort.

« Je n’ai pas assisté à la réunion, mais au lieu de cela, nous avons cherché refuge à l’église, où nous résidons depuis décembre 2019 », a déclaré Waiswa à Morning Star News.

Ayant fui sa maison et ayant perdu sa part des terres familiales, Waiswa ne sait pas où aller. Son pasteur est également dans une situation difficile, après avoir reçu la semaine dernière des messages menaçants de villageois musulmans.

« Le 20 février, j’ai reçu des messages menaçants selon lesquels mon église allait être détruite à cause de la conversion de musulmans en chrétiens », a déclaré le pasteur, dont le nom n’est pas divulgué pour des raisons de sécurité. «Certains de mes membres ont cessé de fréquenter l’église par crainte de leur vie lors d’une éventuelle attaque des musulmans. Renvoyer la famille sans défense n’est pas une bonne idée, mais perdre des membres d’église n’est pas non plus une bonne chose. En tant qu’église, nous sommes dans un dilemme. »

« La responsabilité de l’éducation de la famille de Waiswa est un grand défi pour l’église, ainsi que les craintes qui sont maintenant entrées dans l’église pour héberger la famille de Waiswa », a déclaré le pasteur, selon Morning Star News. « En tant qu’église, nous avons besoin de prières pour la protection de Dieu pour l’église et la famille de Waiswa, qui sont maintenant sans terre. »
retour

source: chretien.com

Lire La Suite
EglisesSociete

Coronavirus: Séoul porte plainte contre le mouvement religieux au coeur de l’épidémie

SKOREA-China-health-virus

La mairie de Séoul a porté plainte pour homicide contre les leaders de l’Eglise Shincheonji de Jésus en accusant ce mouvement religieux de ne pas avoir permis d’empêcher la propagation de l’épidémie de coronavirus en Corée du Sud.

Le pays est depuis plusieurs jours aux prises avec une flambée de cas de la maladie, qui a contaminé plus de 4 000 personnes. Et 60% d’entre eux directement liées à cette puissante mais opaque organisation, accusée par ses détracteurs d’être une secte. Quatre nouveaux décès ont été annoncés, ce qui porte le total à 22 morts en Corée du Sud.

Listing inexact

Les autorités ont lancé une vaste campagne de dépistage pour cartographier au plus vite l’ampleur de la maladie, en cherchant à contrôler plus de 266 000 fidèles de Shincheonji, mais l’organisation est accusée d’avoir transmis un listing inexact du nom de ses adeptes. La mairie de Séoul a annoncé une plainte contre 12 dirigeants du mouvement, parmi lesquels son fondateur Lee Man-hee. Elle les accuse notamment d’homicide et d’infractions aux lois sur le contrôle des maladies infectieuses.

« Ils n’ont pris aucune mesure pour encourager leurs membres à coopérer de façon active avec les autorités sanitaires pour empêcher la propagation du Covid-19 », reprochent les autorités, selon un communiqué du gouvernement de la région de Séoul.

« Nous aurions pu empêcher l’explosion des cas »

Le maire de Séoul Park Won-soon a précisé ces griefs sur sa page Facebook. « S’ils avaient pris très tôt des mesures actives, nous aurions pu empêcher l’explosion du nombre de cas de Covid-19 à Daegu et dans la province de Gyeongbuk du Nord ainsi que la mort de nombreuses personnes. »

Il revient au parquet de décider de l’ouverture ou non d’une enquête sur cette plainte. L’agence sud-coréenne Yonhap rapporte que la plainte est à l’étude. L’Eglise Shincheonji de Jésus s’est refusée à tout commentaire sur cette action judiciaire: « Le plus important pour nous à l’heure actuelle est la décontamination et la priorité est de mettre un terme au plus vite à l’épidémie de Covid-19 ».

« Patient 31 »

La propagation de la maladie au sein de Shincheonji était partie d’une femme de 61 ans identifiée comme le « patient 31 ». Elle a commencé à souffrir de fièvre le 10 février et assisté à au moins quatre offices de Shincheonji à Daegu avant d’être diagnostiquée comme porteuse du virus.

Egalement connu sous le nom de Temple du Tabernacle du témoignage, l’Eglise Shincheonji de Jésus fut fondée en 1984 par M. Lee, aujourd’hui âgé de 88 ans. Ce mouvement avance que cet homme a endossé les habits de Jésus Christ et emmènera au paradis 144 000 personnes le jour du Jugement dernier. Le nombre de fidèles du mouvement est cependant largement supérieur aux 144 000 places promises.

K. L

Lire La Suite
EnseignementsSociete

 Sur la route de la sainteté : la loi de l’amour.

route de la saintété

Sur la route de la sainteté : la loi de l’amour.
Un proverbe Latin dit : « Ce que la loi vous obligera à faire, faites de votre plein gré. » Un autre proverbe ajoute : « La loi est bonne, si l’homme l’utilise légalement. »
La justice est bien administrée lorsqu’elle est faite avec droiture. La correction est bien appréciée lorsqu’elle est accompagnée d’amour. Malheureusement, en tant qu’êtres humains, notre justice est biaisée ou marquée par la corruption du péché. Nous jugeons les autres sur des normes ou des bases qui manquent de charité et d’humanisme.
Le temps de Carême vient comme une invitation à vous et à moi, à être plus humains dans nos relations avec nos semblables, afin que nous puissions être divins. Tout commence par un appel : « Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint. » Et pour que nous puissions atteindre cette sainteté, certaines exigences. De là sont tiré les commandements que nous lisons dans la première lecture d’aujourd’hui.
Avec cette première lecture, nous avons ce que nous pourrions appeler, la racine de la vie morale d’Israël. Elle donne les principes sur lesquels la société est construite. Et le thème général de cette vie morale est la sainteté, car Dieu qui donne la loi est saint.
La loi n’est pas un appel à un ritualisme vide, mais un culte qui mène à la perfection. Le côté le plus efficace de toutes les prescriptions de la Loi peut être vu, au-delà de l’appel à la sainteté, dans cet autre article : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » C’est un appel à accorder une réelle attention aux autres et pas seulement à soi-même. Personne n’atteint la perfection en prenant seulement soin de lui-même. Nous devenons parfaits lorsque nous ouvrons notre cœur et nos mains pour embrasser les autres, pour faire nôtre leurs besoins.
En ce sens, le Lévitique pourrait nous enseigner que le passage à la perfection ou à la sainteté consiste à faire une option préférentielle non pas pour l’ego, mais pour l’alter-ego. C’est-à-dire montrer un amour et une préoccupation singulièrement choisis aux membres les plus faibles de nos sociétés, les malades, les personnes âgées, les rejetés, les orphelins, les veuves. La compassion envers eux est l’expression parfaite d’être une personne respectueuse des lois. Nous ne pouvons pas atteindre la sainteté sans faire comme Dieu, C’est-à-dire accueillir ceux que le monde rejette.
Les commandements de Dieu ne sont pas des mesures coercitives. Ils sont plutôt destinés à la vie de l’homme et afin de l’aider à construire l’harmonie et la paix dans la société. La finalité de tout ce que le Seigneur ordonne est que l’homme puisse aimer comme Dieu aime. Celui qui se focalise à juger les autres sur la base de ses propres normes ne découvre pas la préciosité de l’amour.
Cette injonction du Lévitique : « Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint », pourrait donc se traduire par « aimez les autres, car moi, le Seigneur votre Dieu, je vous aime. » Et cela pourrait bien être une clé de lecture de l’Évangile d’aujourd’hui. Car l’amour, exprimé dans la charité ou le service aux nécessiteux, est ce qui mène à la sainteté.
Jésus, dans l’Évangile, révèle le plus grand mystère du Royaume de Dieu. Ce n’est rien d’autre qu’un Royaume d’Amour. Par conséquent, n’y accèderont que ceux qui font de l’amour la raison de leur vie, ceux qui savent étendre un soin affectueux aux nécessiteux, aux pauvres, aux marginalisés, aux affamés, aux parias de notre monde. En les servant, on s’assure d’un visa, ou mieux, d’une carte d’embarquement pour le royaume de Dieu.
Dans ce voyage de Carême, faisons notre tâche principale, aimer et servir et prendre soin de Jésus dans nos frères et sœurs dans le besoin. Car celui qui sert les pauvres sert Dieu qui est en eux. Le plus important est la loi de l’amour, et non pas l’amour scrupuleux de la loi. Notre devoir principal sur cette terre est d’aider les autres. Si nous ne le découvrons pas, nous sommer en train de gaspiller des opportunités données par Dieu. À la fin de notre vie, le module du jugement de Dieu sera unique : l’amour. Comment l’avons-nous aimé sous les traits des autres ?

Stan le Héros

Lire La Suite
Societe

Le Pape appelle à prier pour les réfugiés

refugié Turque

Dans ses saluts après la prière de l’angélus, le Pape François a exprimé sa tristesse au sujet des réfugiés qui tentent de rejoindre l’Europe via la Turquie et qui se trouvent repoussés.
«Je suis attristé par les nouvelles au sujet de tant d’hommes, de femmes et d’enfants chassés à cause de la guerre, de tant de migrants qui demandent un refuge dans le monde, et une aide. Ces derniers jours, c’est devenu très fort. Prions pour eux». Le Pape François a tenu ainsi à exprimer sa préoccupation pour le sort de milliers de personnes qui tentent depuis plusieurs jours de traverser la frontière entre la Turquie et la Grèce afin de rejoindre l’Union européenne.

Athènes, en première ligne, a annoncé avoir ce dimanche 1er mars avoir bloqué l’entrée sur son territoire de près de dix mille personnes en 24 heures en provenance de Turquie. La plupart de ces réfugiés venaient d’Afghanistan, du Pakistan et de Somalie ont indiqué les autorités grecques, précisant que personne ne venait d’Idleb, en Syrie, où les combats de ces derniers mois ont poussé plusieurs centaines de milliers de civils à quitter leur maison.

Vendredi, la Turquie a annoncé avoir ouvert ses frontières terrestres et maritimes pour laisser passer ces réfugiés en direction de l’Union européenne qui craint une nouvelle vague migratoire comparable à celle de 2015.

Vatican news

Lire La Suite
EglisesSociete

Côte d’Ivoire : Ordinations diaconale et presbytérale dans le diocèse de Grand-Bassam

prête ordination

Mgr Giovanni Dercole, évêque d’Ascoli Piceno en Italie, a ordonné le samedi 22 février 2020, en la paroisse Cœur Immaculé de Marie de l’impérial, un diacre et neuf prêtres pour le compte du diocèse de Grand-Bassam. Ces ordinations s’inscrivent dans la marche vers la célébration des 125 ans  de l’évangélisation de la Côte d’Ivoire.
C’est sur invitation de Mgr Raymond Ahoua, évêque de Grand Bassam, que Mgr Giovanni Dercole, évêque d’Ascoli Piceno en Italie, a présidé cette cérémonie d’ordinations diaconale et presbytérale. C’était non seulement une occasion de joie, mais aussi un signe d’honneur pour ce missionnaire de la congrégation Don Orione qui a servi le diocèse de Grand-Bassam pendant 38 ans.
Dans son homélie, Mgr Descole a, tout d’abord, invité les ordinands à poursuivre l’œuvre d’évangélisation entreprise par les premiers missionnaires. Il les a, ensuite, exhortés à être heureux. « N’oubliez jamais que votre mission dans le monde, c’est témoigner par la Parole et surtout par votre vie que vous êtes heureux », leur a-t-il rappelé.

Des serviteurs du Christ et non des serviteurs de l’argent
L’évêque d’Ascoli Piceno a par ailleurs, invité les élus du jour à se mettre résolument au service de l’Evangile et non de l’argent. « Ne cherchez pas vos intérêts personnels et même ceux de vos familles, mais seulement les intérêts de Jésus-Christ et de sa famille qui est l’Eglise », a-t-il insisté en les appelant à fuir également l’impureté.
Mgr Dercole les a également exhortés à être de véritables disciples de Jésus-Christ. Le prêtre, a-t-il affirmé, ne devient jamais maître, il reste toujours disciple. Être disciple du Christ, a-t-il ajouté, implique une vie de prière constante, l’attachement à la parole de Dieu à laquelle il faut se conformer. « Que votre enseignement soit nourriture pour le peuple de Dieu; que votre vie, bonne odeur du Christ, soit une source de joie pour vos fidèles afin, que par la parole et par l’exemple, vous puissiez construire l’Eglise de Dieu et avancer humblement avec persévérance sur le chemin de l’amour de Dieu », les a-t-il conseillés.

Des prêtres pour renouveler l’élan missionnaire
Revenant sur le sens de ces ordinations dans le cadre du jubilé des 125 ans de l’évangélisation de la Côte d’Ivoire, l’évêque de Grand Bassam, Mgr Ahoua a déclaré que c’était « une occasion de reconnaître que la graine semée par les missionnaires, il y a 125 ans, porte du fruit. Non seulement des fruits à travers le sacrement du baptême, mais aussi à travers le sacrement de l’ordre pour renouveler l’élan missionnaire ». De ce fait, Mgr Ahoua a rappelé que la nation et l’Eglise ivoirienne ont besoin de bons guides qui les conduisent vers la lumière du Seigneur.

Françoise Niamien (avec Marcel Ariston Blé) 

Lire La Suite